Théâtre - Hamlet (Shakespeare/Mesguich) - 05/11/14

Je n’avais jamais vu Hamlet au théâtre. Alors, lorsque j’ai découvert sa programmation à la Cartoucherie dans une nouvelle création de Daniel Mesguich, je m’y suis précipité : un grand homme de théâtre revisitant une grande pièce du répertoire, l’affiche était tentante… Trop peut-être.

J’attendais un moment de théâtre exceptionnel, à l’image de celui que j’avais vécu avec le Macbeth d'Ariane Mnouchkine dans ce quasi même lieu quelques mois plus tôt : un spectacle grandiose, plein de souffle et de fureur, de vérité et de grandeur, une débauche de costumes et de lumières, un jeu d’une justesse remarquable. Hélas, hier soir tout cela manquait. Texte embrouillé, décors et costumes vieillots, tableaux se succédant sans véritables liaisons. Dans cette mise en scène laborieuse, la troupe s’en sort plutôt bien, mais la prestation du comédien en charge du rôle-titre n'était au niveau attendu. Hamlet est probablement un des rôles qui se prête le mieux à des interprétations variées, mais le jouer avec emphase, voix chevrotante et gesticulations superflues fige le personnage dans une caricature de héro shakespearien dépourvue d’émotions véritables.

La présence d'un ballon de foot avec lequel William Mesguich jongle avec application dans ce décor suranné est "trouvaille" bien ridicule. Rien ne sonne juste dans ce spectacle. Ni les fumigènes copieusement déversés sur le plateau, ni la musique pompeuse en compétition avec la voix des comédiens ou ponctuant lourdement des changements de décor incessants, ni la scène de bain avec nudité fugace de la comédienne sortant d’une baignoire vide (se baigne-t-on dans une baignoire sans eau ?), ni les énigmatiques dédoublements de personnages, ni la scène du spectre sophistiquée à l'excès, ne parviennent à nous entrainer dans l'univers frénésique et extravagant du théâtre shakespearien. La folie simulée de Hamlet se résume ici à quelques grimaces sans imagination.

S’attaquer à ce monument du répertoire est sans doute un exercice périlleux. Mesguich, le père, dans ses intentions, nous avertit : « personne, jamais, n’a mis ni ne mettra en scène Hamlet… personne, jamais, ne l’aura seulement lu ». Au-delà du caractère suffisant de ces allégations, on peut dire que Daniel Mesguich, du moins en ce qui le concerne, est dans la vérité. « C’est la pièce la plus vide du répertoire, un trou noir qui avale et recrache tout l’art du théâtre », ajoute-t-il. Hier soir, le trou noir a tout avalé sans recracher grand-chose.

En tout cas, pour découvrir Hamlet, je ne saurais que trop conseiller d’aller voir une production montée par un réalisateur plus modeste qui aura lu le texte de Shakespeare et voudra humblement nous en raconter l’intrigue. Les bisbilles incestueuses et la folie simulée dans cette famille de princes nordiques sont assez explicites pour nous donner une image authentiquement tragique de la société humaine. Nul besoin de vouloir, par-dessus le marché, nous asséner une théorie sur le théâtre. Le théâtre n’est pas une théorie. Le théâtre, c’est la vie et la vie était absente, hier soir, sur la scène du théâtre de l’Épée de Bois.

 

http://www.epeedebois.com/un-spectacle/hamlet/

 

du 4 au 30 novembre 2014